Le Voyage du Héros

    • Du 15 août 2017 (10 h 00)
      au 26 août 2017
       (17 h 00)
      Si possible, arriver la veille du stage, le 14 août,
      aux alentours de 18 h.

Le Voyage du Héros

 

Animé par : Rosine ROCHETTE et 
Sosthène GALBRUN

Accompagnés par :
Fabienne BAILLY 
et Colombe BARSACQ
Avec la collaboration de Marie-Claire ROULIN
ou de Nico MORELLI

Lieu : à Terre Eau Lumière
Accès
Domaine de Basse Cour – Monteil
07270 Le Crestet (Haute-Ardèche)

Hébergement et repas : Concernant la fourchette des tarifs, voir sur
le site de Terre Eau Lumière ;
les réservations d’hébergement seront gérées à partir de mars 2017.
Contact : terreaulumiere@free.fr

 

Voir les témoignages de participants sur le Voyage du Héros

Le Voyage du Héros

Voir le diaporama du Voyage du Héros

À certains moments de la vie, chacun peut éprouver le besoin d’imaginer à nouveau son futur, de s’interroger sur ses désirs, de s’ouvrir à la transformation. En prenant l’utopie comme conseillère : croire que rêver en accord avec nos exigences intimes, nos désirs secrets, n’est pas si fou, et que c’est une bonne méthode pour réaliser ses projets, quand bien même la vie nous oblige à certains compromis…

Ceci est le thème du  » Voyage du héros « , séminaire éprouvé et enrichi depuis près de 30 ans.

Au cours de ce voyage, vous mettrez en lumière ce qui se passe en vous dans une période de changement et travaillerez à ajuster désir et résistance sur le chemin de votre quête. Sachant que plus le désir est grand, plus la résistance est forte !

Vous vous connecterez à votre désir profond en dehors de vos schémas habituels de pensée. Vous ressentirez les résistances que vous pouvez mettre en place pour vous empêcher de faire confiance à ce désir. Vous distinguerez les résistances « valables » qui ont toujours lieu d’être, de celles d’un passé révolu.

Vous contacterez, pour les célébrer, les parts de vous que vous aimez, mais aussi celles que vous n’aimez pas, vos ombres, pour réaliser en quoi elle constituent un réservoir d’énergie et de potentialités.

En vivant la chronologie du mythe du « voyage du héros », c’est, au final, votre propre mythe que vous allez créer en lui donnant chair et sens.

 

À qui s’adresse ce stage ?

À ceux et celles qui vivent une transition, personnelle ou professionnelle, un passage dans leur vie en terme de changement.

À ceux et celles qui sont prêts à accueillir avec curiosité des surprises, y compris sur soi.

À ceux et celles qui, en tant qu’artistes, désirent naviguer le plus loin possible entre leurs différentes polarités, tout en gardant à la conscience que se fixer sur l’une d’elles, ressentie comme « confortable », peut relever de l’immobilisme.

À ceux et celles qui souhaitent apprivoiser leurs ombres pour s’en réapproprier l’énergie vitale.

À ceux et celles qui croient en la capacité de se transformer.

Les épreuves dans la nature sont accessibles à toute personne en condition physique normale entre 16 et 70 ans.

 

Conditions et hébergement

Terr’eau Lumière, notre lieu d’hébergement, se trouve sur les collines du nord de l’Ardèche. C’est un petit hameau composé d’anciennes bâtisses restaurées, des maisonnettes clairsemées dans la verdure, une belle salle de travail, une petite rivière, une délicieuse cuisine et l’aventure alentour.

 

La méthode

Ce séminaire, totalement expérientiel, s’appuie sur les étapes chronologiques du mythe initiatique du « Voyage du héros » de Joseph Campbell.
Il allie une scénarisation théâtrale à un processus psychologique et corporel.
Il articule différentes expériences favorisant un lâcher-prise vers la connaissance de soi :

  • l’approche imaginaire et symbolique liée au mythe,
  • l’improvisation théâtrale avec l’utilisation du costume et du maquillage,
  • la marche en pleine nature et la rencontre de lieux signifiants (eau, rivières, points  culminants, vestiges historiques…)
  • la création de rituels,
  • le dessin,
  • la musique avec l’accompagnement et l’improvisation de deux accordéonistes,
  • l’accueil des sensations, des émotions, des synchronicités,
  • le travail corporel pour intégrer et ancrer les évolutions.

Le séminaire combine une alternance de moments d’introspection et de séquences en groupe, chacun étant tour à tour acteur et observateur.

Les modalités d’accompagnement sont principalement assises sur la Gestalt, l’approche Jungienne et les outils du théâtre.

 

Le programme

Les participants réalisent un parcours de 2 jours et demi en pleine nature où chacun, soutenu par le groupe et
l’énergie omniprésente des différents lieux rencontrés, mettra en acte ses qualités, acceptera sa vulnérabilité, prendra la mesure de son courage pour oser créer son personnage héroïque théâtralement et dans son contact avec les autres au quotidien de ce périple.

De retour au lieu d’habitation, les participants exploreront leur « démon de la résistance » qui veut tout « saboter ».

Ce démon aux mille visages, dont nous ferons également un personnage théâtral, tendra des pièges subtils au héros, à l’héroïne, qui va perdre ses moyens…

Le stage se terminera par une rencontre entre le héros et le démon, ainsi qu’avec d’autres personnages signifiants issus de notre vie qui s’imposeront en figures pour donner corps à notre mythe du héros. Cela débouchera sur un contrat où chacun des protagonistes se devra d’être satisfait…

 


Le mythe du voyage du héros

Le mythe est une histoire dans laquelle chaque être humain peut s’identifier ; une fable qui met en scène un problème humain existentiel et permet de rattacher notre expérience de vie à la dimension du sacré ; une histoire de tous les temps qui nous protège, nous inspire, nous indique des points de repère et confirme le sens de notre vie en nous accordant une appartenance au monde.

Le Mythe du Héros commence, comme tous les contes, par : « Il était une fois… » le fils cadet d’un roi, le fils ou la fille d’un pauvre bûcheron ou tout simplement un être humain qui possédait une certaine caractéristique, un certain talent qui le démarquait un peu des autres et qui le faisait se sentir différent, pas forcément malheureux, souvent même relativement bien adapté à des conditions de vie normales.

Le futur héros ou la future héroïne sentait cependant un certain manque et éprouvait le désir d’aller plus loin, ailleurs, de changer quelque chose…, d’oser prendre un risque pour se réaliser plus pleinement.

Un jour, le futur héros. (Je garderai pour la commodité le terme héros au masculin en rappelant à mes sœurs les femmes que le terme héros vient de Hera, femme de Zeus, seule parmi les déesses qui a été capable de lui tenir tête et d’infléchir son courroux, lorsqu’il s’embarquait d’une façon trop rigide et solitaire dans sa toute puissance !)

Un jour donc, le futur héros entend un appel, une invitation au voyage, et décide de se mettre en route vers son accomplissement… Peu de temps après son départ, après avoir entendu beaucoup d’arguments dans le but de le décourager, il rencontre à une croisée de chemin son guide, un être d’expérience qui a lui-même accompli son propre périple et avec qui il échange quelques points de vue, et qu’il met au courant de sa quête et du but de son voyage, même si celui-ci est encore flou.

Au moment de leur séparation, le guide, qui a reconnu en ce futur héros ses qualités profondes, lui donne sa bénédiction et lui remet un talisman qui le protégera sur sa route et lui rendra sa confiance lorsqu’il rencontrera des difficultés qui lui feront perdre son courage.

Accompagné de son talisman, le héros poursuit le chemin de sa quête, surmonte beaucoup d’obstacles, tombe dans de multiples pièges, quitte parfois son chemin en faisant des marchés de dupes, rencontre également des aides qui lui portent secours et, finalement, arrive devant une porte, un seuil derrière lequel se trouve le pays de sa quête, la patrie qu’il veut se rendre à lui-même.

Le héros sait qu’il doit « pénétrer de l’autre côté », mais il sait également qu’au moment où il va poser son pied au-delà du seuil, surgira l’épreuve suprême, le « chien à trois têtes », « le dragon à la langue de feu », le monstre qui lui dira d’une voix tonitruante ou chuchotée : « Non, tu n’entreras pas ! Il n’y a pas de place ici pour toi, retourne d’où tu viens, il est trop tôt, il est trop tard !… », tous les arguments pour le décourager.

Le héros doit alors se confronter à ce démon qui n’est autre que la partie de lui-même qui résiste à son désir et qui n’est pas un personnage négatif ; sans lui, le héros serait sans doute inconscient et par trop irréaliste pour se réaliser pleinement.

Au terme de cette confrontation primordiale, le héros, dans sa complétude, pourra enfin réaliser sa quête :
Le voyage du héros.